Les 5 plus grands travaux de Jean-Michel Aulas pour construire l'empire lyonnais

Ligue 1 |

Après 36 ans à la tête de l’Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas a été prié de faire un pas de côté par le nouvel actionnaire majoritaire du club, John Textor. Pickx revient sur les réalisations marquantes du futur ex-président emblématique des Gones. 

De Pickx

Partager cet article

Les sept titres

De 2002 à 2008, Lyon va tout simplement écraser la Ligue 1 avec sept titres consécutifs, record en championnat de France. Tout cela part de la prise de fonction de Jean-Michel Aulas, en 1987, à la tête du club. Le jeune industriel, par ses choix, permet déjà au club de retrouver la Ligue 1 deux ans après son arrivée. Lyon commence à jouer les premiers rôles au milieu des années 90, en se renforçant petit à petit.

En 1999, Sonny Anderson vient s’ajouter à un effectif déjà compétitif qui va ensuite dominer le championnat, tout en brillant aussi sur la scène européenne grâce à des Coupet, Juninho, Govou ou encore Réveillère. Mais le club plafonnera en Ligue des champions en demi-finale, sans jamais pouvoir accéder à la finale. Un rêve inachevé.

Le centre de formation

Aujourd’hui, le centre de formation de Lyon est souvent cité dans les trois meilleurs du continent avec ceux du Real Madrid et du FC Barcelone. Aulas n’y est pas étranger et la philosophie fait toute la différence comme l’a indiqué Faouzi Djedou-Benamid, recruteur pour Niort et co-auteur de ‘Pourquoi le foot français va dans le mur?’.

Pour lui, le club se distingue dans l’Hexagone en privilégiant l’apprentissage technique plutôt que le résultat. Il y a une patte lyonnaise, un peu comme chez les Catalans. "Les éducateurs lyonnais n'hésitent pas à faire jouer les défenseurs en milieu de terrain pour qu'ils apprennent à mieux se servir de leurs pieds". De beaux noms y sont passés : Giuly, Govou, Ben Arfa, Rémy, Lacazette, Fekir, Martial, Umtiti, Tolisso et bien évidemment, la plus belle réussite du club : le Ballon d’Or Karim Benzema.

Les transferts

Jean-Michel Aulas a aussi marqué l’histoire du club grâce aux transferts qu’il a réalisés, n’hésitant pas à sortir les billets. On a déjà parlé de Sonny Anderson arrivé de Barcelone pour approximativement 18 millions d’euros, une énorme somme en 1999. Il y a eu dix ans plus tard Lisandro Lopez pour 24 millions ou encore Yoann Gourcuff pour 22 millions. 

Et sur le chemin inverse, des transferts ont aussi rempli les caisses du club ! Paqueta et ses 61 millions d’euros, Ndombele pour 60, Lacazette pour 53, Essien pour 39 ou encore Benzema pour 35. Le club, grâce à ces transferts et sponsors, est aussi entré en bourse en 2007 ! 

Le Parc OL

Si c’est bien au stade de Gerland que le club a connu ses plus beaux faits d’armes, une des fiertés de Jean-Michel Aulas reste la construction du Parc OL. Le projet voit le jour afin de développer l’attractivité de l’OL. Mais, malgré de nombreuses embuches, le président a été au bout de son projet qui commencera à sortir de terre en 2012. 

Inauguré en 2016, l’enceinte aura couté plus de 400 millions d’euros. Ultramoderne, le stade peut accueillir plus de 59000 spectateurs. Il comprend un parc d'affaires, des centres médicaux et de remise en forme, des hôtels et restaurants tout en pouvant également accueillir des concerts ! 

L’équipe féminine 

Enfin, comment ne pas parler de l’équipe féminine du club ? C’est là qu’on voit que Jean-Michel Aulas a le nez fin. Dès 2004, il décide de créer une équipe féminine, et ce malgré les réticences au sein du conseil d’administration du club. Il investit énormément d’argent, recrutant des joueuses de qualité tout en leur offrant des contrats professionnels, ce qui était rare voire inédit à l’époque. Le tout avec les infrastructures de qualité. 

Et cela paie car aujourd’hui, l’équipe est l’une des meilleures de la planète. De nombreuses joueuses internationales passent par le club et les résultats sont hors normes. Depuis 2004, les Lyonnaises ont accumulé 15 titres de championnes de France dont 14 de suite et, depuis 2011, 8 Ligues des champions. En première division française, l’équipe est restée invaincue quasiment 4 ans, soit 87 matchs de championnat sans aucune défaite ! Et Aulas n’est pas étranger à l’arrivée en 2024 de la Ligue féminine professionnelle. 

A lire aussi :

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top