De Croo reçoit le cofondateur d'Abba qui se bat pour les droits d'auteur

Musique | Le Premier ministre Alexander De Croo a reçu mercredi à la chancellerie le chanteur suédois Björn Ulvaeus, cofondateur du groupe Abba, qui plaide auprès de la présidence belge du Conseil de l'UE en faveur d'un cadre juridique renforçant la protection des droits des créateurs, à l'ère du streaming musical et de l'intelligence artificielle.

De Belga

Partager cet article

Président de la confédération internationale des sociétés d'auteurs (CISAC), l'auteur de "Dancing Queen", "Take A Chance On Me" ou encore "Mamma Mia", n'est pas opposé par principe à l'intelligence artificielle. "L'AI est fantastique pour les artistes et les compositeurs, mais ses modèles sont mis au point à partir de musique existante et protégée. Et cela mérite d'être rémunéré. L'Europe doit faire preuve de leadership pour une meilleure protection des auteurs, il y a urgence", a-t-il plaidé.

La semaine dernière, le Parlement européen soulignait encore les inégalités vécues par les créateurs, telles que des rémunérations inadaptées et un manque de transparence dans la promotion et la découvrabilité de musique créée et/ou produite dans l'Union européenne. L'allocation des recettes provenant du marché de la diffusion de musique en continu ("streaming") laisse en outre une majorité d'auteurs et d'interprètes vivre de rémunérations très faibles, dénonçaient les eurodéputés.

Ce rapport avait été salué par la Sabam, société belge d'auteurs présente lors de la rencontre entre le Premier ministre et le chanteur pop.

"C'est normal que les artistes soient rémunérés pour la musique qui sert d'input aux modèles AI. Le projet de loi de l'UE sur l'IA est à deux doigts d'aboutir à un accord. Beaucoup d'éléments dont on a parlé aujourd'hui s'y trouvent déjà", a commenté M. De Croo, tandis que Björn Ulvaeus qualifiait la recontre de "fructueuse".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top