Emma Plasschaert est candidate à la Commission des athlètes du CIO

Sports | Notre compatriote Emma Plasschaert, double championne du monde à la voile en classe Laser Radial (ILCA 6) et 4e des JO de Tokyo, figure parmi les 32 athlètes qui veulent intégrer la Commission des athlètes du Comité International Olympique (CIO). Sa présence sur la liste a été officialisée mercredi à l'issue de la réunion du comité exécutif du CIO.

De Belga

Partager cet article

Dix-huit femmes et quatorze hommes composent cette liste des candidats. Au total, quatre sièges doivent être attribués à l'expiration des mandats du Hongrois Daniel Gyurta, de l'Allemande Britta Heidemann, de la Russe Yelena Isinbayeva et du Sud-Coréen Seung-min Ryu. L'élection des quatre nouveaux membres aura lieu pendant les JO de Paris.

Plasschaert fait partie de la Commission des athlètes du Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) depuis novembre 2021. "Il me semble intéressant de devenir également membre de la Commission des athlètes du CIO. Je suis très favorable à l'idée d'écouter les athlètes. Ce sont eux qui, en fin de compte, donnent le meilleur feedback sur la manière dont tout est organisé. Ce serait bien de représenter la Belgique et la voile au sein de la Commission des athlètes du CIO".

La durabilité et la santé mentale sont des thèmes qui touchent en particulier l'Ostendaise de 30 ans. "Les Jeux de Paris s'efforcent déjà d'être des Jeux plus clean (propres). Mais je veux encore souligner l'importance de la durabilité. Je pense à toutes ces déplacements, mais aussi aux infrastructures des Jeux de Rio de Janeiro qui sont en train de pourrir. En ce qui concerne la santé mentale, je pense qu'il est important que les athlètes sachent clairement où ils peuvent signaler quoi que ce soit, afin que personne ne soit laissé seul avec des problèmes, des questions et des inquiétudes. Je veux rester le plus possible à l'écoute des athlètes".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top