Marie Detruyer : "La victoire contre l'Angleterre en Nations League nous a donné un coup de boost"

Sports | Un mois après avoir signé une victoire de prestige contre l'Angleterre, championne d'Europe et vice-championne du monde, les Red Flames vont retrouver leur stade de Den Dreef vendredi pour y recevoir l'Écosse dans le cadre de la 5e et avant-dernière journée du groupe A1 de la Ligue des Nations féminine.

De Belga

Partager cet article

Deuxième de son groupe avec 7 points, la Belgique peut encore espérer décrocher la 1re place, actuellement occupée par les Pays-Bas avec 9 points, et ainsi se qualifier pour le Final Four.

"La victoire contre l'Angleterre a été fantastique", a déclaré Marie Detruyer lundi lors d'un point-presse à Tubize. "Elle nous a donné un coup de boost pour la suite du tournoi".

La suite, ça sera vendredi face à l'Écosse, dernière du groupe avec 1 point, puis le 5 décembre aux Pays-Bas.

"Le focus est maintenant sur le mach contre l'Écosse, c'est le plus important. Il nous faudra croire en nos qualités, garder les pieds sur terre et espérer un bon résultat. Nous devons d'abord penser à l'Écosse avant le match aux Pays-Bas. Mais bien sûr, si nous battons l'Écosse, une finale de groupe contre les Néerlandaises serait quelque chose de beau", avance la joueuse de OHL.

Den Dreef affichait sold-out pour le match contre l'Angleterre. Marie Detruyer espère de nouveau bénéficier du soutien des supporters face aux Écossaises. "Le soutien des fans face à l'Angleterre nous avait vraiment portées et permis de gagner. J'espère que ça sera encore le cas vendredi".

Pour l'instant, quelque 6000 places ont été vendues pour la rencontre.

Le Final Four offrira deux billets pour les Jeux olympiques de Paris, voire trois si la France va en finale. "Il faut y croire, mais il faut prendre match après match et ne pas regarder trop loin", selon Marie Detruyer.

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top