Courtrai est passé tout près de sa première victoire face à Anderlecht

Jupiler Pro League | Après avoir mené à deux reprises par Dion De Neve (19e) et Felipe Avenatti (57e), Courtrai a été tenu en échec 2-2 par Anderlecht lors de la 7e journée de championnat. Les deux équipes ont terminé à dix suite à l'exclusion de Zeno Debast (54e) et de Marco Kana (81e). Les Kerels (2 points) sont 15e et Anderlecht est 1er (14 points).

De Belga

Partager cet article

A Courtrai, Edward Still a titularisé Kana et Mark Mampassi et a relancé Avenatti à la place de Massimo Bruno, Kristiyan Malinov et Isaak Davies. A Anderlecht, Brian Riemer a laissé Thorgan Hazard sur le banc, a remplacé Ludwig Augustinsson blessé par Moussa N'Diaye et a préféré Francis Amuzu à Dreyer. Avec des Kerels installés dans leur zone et des Mauves aux centres imprécis, le début de rencontre a été monotone jusqu'à la frappe d'Amuzu sur la transversale (11e).

Les Courtraisiens ne manquaient pas de hargne et après avoir remporté un duel avec Killian Sardella sur le bord de touche, De Nève s'est payé un sprint avec le ballon et a évité le retour du défenseur anderlechtois avant de battre Maxime Dupé (19e, 1-0). Les yeux des supporters visités n'ont pas brillé longtemps puisque Kasper Dolberg a égalisé sur un tir dévié par Joao Silva (20e, 1-1). Si Anderlecht est resté plus menaçant, Courtrai a obligé Dupé à désamorcer une tête d'Avenatti (24e).

Après la pause, Dupé s'est planté en dégageant dans les pieds d'Abdelhak Kadri en pleine surface. Le capitaine des Kerels a servi Avenatti, qui a cadré un ballon que Debast a repoussé de la main: carte rouge pour l'Anderlechtois et penalty transformé par l'Uruguayen (57e, 2-1). Malgré Tom Vandenberghe, auteur d'un sauvetage sur une frappe de Théo Leoni (73e), les Kerels ont été secoués par un tir croisé du réserviste Dreyer (90e+7, 2-2).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top